Christian c’est un adepte de la liberté. Grâce à lui j’ai réalisé qu’on pouvait avoir plusieurs vies.

Je m’appelle Tanguy, j’ai 25 ans. J’ai découvert Lazare sur Instagram en suivant Clarisse sur l’Atlantique pendant sa préparation au Vendée Globe, et je suis tombé sur une annonce proposant de venir se confiner à Lazare. J’étais curieux alors j’ai rejoint la coloc. C’est dans le TER qui me menait à Lazare que j’ai démissionné de mon poste de consultant. En prenant du recul sur ma vie parisienne, je la trouvais stérile, je ne participais pas à créer la société dans laquelle je voulais vivre. Je voulais donc aller découvrir le métier de maraîcher afin d’avoir un impact concret et de participer à un modèle sociétal plus vertueux.

En arrivant à Lazare Vaumoise, je me suis senti accueilli dans un lieu vivant. Ici tu sens que les gens ont eu des galères, mais que l’environnement est sain, ce qui permet de découvrir les personnes sans le filtre de la dureté de la rue.

Lazare offre vraiment un contexte où on peut dialoguer avec la personne, telle qu’elle est.

Christian par exemple, a vraiment été une très belle rencontre, c’est quelqu’un d’assez mystérieux qui partait toute la journée marcher sur les routes. Le soir on jouait aux échecs dans la salle commune. Un weekend je lui ai demandé de me faire découvrir ses balades : on a fait 25km au bord de départementales, et là j’ai vraiment pu le découvrir.
Christian c’est un adepte de la liberté.

Grâce à lui j’ai vraiment réalisé qu’on pouvait avoir plusieurs vies.

On peut vivre à la rue pendant 11 ans puis se retrouver à faire des randonnées de 25km le long de départementales autour de Vaumoise. On peut avoir successivement des expériences bonnes ou mauvaises très variées, s’en relever et continuer à avancer, la vie n’est jamais figée. C’est au travers de nos échanges que j’ai mûri un projet de voyage à Vélo de la France à la Nouvelle Calédonie. Je me suis dit que la vie était pleine de rebondissements et de rencontres, autant suivre ses envies et aller les saisir plutôt que de rester assis derrière un écran dans un open space, si confortable soit-il. Grâce aux colocs ma relation au temps a également changé. Je me presse souvent pour faire pas mal de choses. Eux, ils ont une autre temporalité, ils prennent plus le temps de faire les choses. Il y a vraiment une autre manière de vivre.

Après mes trois mois de préavis, j’ai quitté la coloc pour aller découvrir le maraîchage dans une ferme dans les Pyrénées. Aux colocs, aux familles, aux jeunes actifs et amis de Lazare que j’ai eu la chance de rencontrer, je dis merci pour ces super 3 mois en votre compagnie.
L’autre jour dans le jardin j’ai trouvé une pièce de monnaie datant des années 1850 et j’ai appelé mon ancien coloc Nico qui est passionné de ce genre de trouvailles pour qu’il me donne des infos dessus. J’ai invité Christian à venir me rejoindre pour marcher sur les routes Pyrénéennes, il était partant sur le principe et ça se fera sûrement… mais en son temps !

Únete a nosotros

Madrid – Mujeres

Mujeres

8

Puede ponerse en contacto directamente con los administradores de la casa.

Ernestina y Rafael

colabora@fundacionlazaro.es

623 18 05 19

Madrid – Hombres

Hombres

6

Puede ponerse en contacto directamente con los administradores de la casa.

Beatriz y Juan

colabora@fundacionlazaro.es

623 18 05 19

Barcelona

8

Mujeres

10

Hombres

Puede ponerse en contacto directamente con los administradores de la casa.

El proyecto está en marcha

francois@fundacionlazaro.es